Quelques textes sur l’Eucharistie

jeudi 11 octobre 2007
par  Michel Val
popularité : 8%

La mort n’est acceptable que si la vie n’a été que l’apprentissage de l’éternité.

Communier pleinement au sacrifice eucharistique est par excellence le moyen de cet apprentissage.

Il y a une rédemption de toute l’histoire, un recommencement de la création en ces paroles : « Ceci est mon corps, ceci est mon sang ».

Nous voulons tenter de vivre cet événement à l’échelle de l’humanité.

Maurice Zundel.
Un autre regard sur l’Eucharistie.

===================================================

L’Eucharistie

Quand je pense à l’Eucharistie, tout en regardant ma vie de prêtre, d’évêque, de successeur de Pierre, je me rappelle spontanément les nombreux moments et lieux où il m’a été donné de la célébrer.
Je me souviens de l’église paroissiale de Niegowic, où j’ai exercé ma première charge pastorale, de la collégiale Saint-Florian à Cracovie, de la cathédrale du Wavel, de la basilique Saint-Pierre et des nombreuses basiliques et églises de Rome et du monde entier.

J’ai pu célébrer la messe dans des chapelles situées sur des sentiers de montagne, au bord des lacs, sur les rives de la mer ; je l’ai célébrée sur des autels bâtis dans des stades, sur les places des villes…

Ces cadres si divers de mes célébrations eucharistiques me font fortement ressentir leur caractère universel et pour ainsi dire cosmique.

Oui, cosmique ! Car, même lorsqu’elle est célébrée sur un petit autel d’une église de campagne, l’Eucharistie est toujours célébrée, en un sens, sur l’autel du monde. Elle est un lien entre le ciel et la terre. Elle englobe et elle imprègne toute la création.

Jean-Paul II
L’Eglise vit de l’Eucharistie.

===================================================


L’Eucharistie

"L’Eucharistie nous attire dans l’acte d’offrande de Jésus.

Nous ne recevons pas seulement le Logos incarné de manière statique, mais nous sommes entraînés par la dynamique de son offrande". Il nous attire en lui.

La conversion substantielle du pain et du vin en son corps et en son sang met dans la création le principe d’un changement radical, comme une sorte de "fission nucléaire", portée au plus intime de l’être, un changement destiné à susciter un processus de transformation de la réalité, dont le terme ultime sera la transfiguration du monde entier, jusqu’au moment où Dieu sera tout en tous.

Benoît XVI
Sacrementum Caritatis.

===================================================

L’EUCHARISTIE

Elle protège le monde et déjà, secrètement, l’illumine. L’homme y trouve sa filiation perdue, il puise sa vie dans celle du Christ, l’ami secret, qui partage avec lui le pain de la nécessité et le vin de la fête.

Et le pain est son corps, et le vin est son sang, et dans cette unité plus rien ne nous sépare de rien ni de personne.

Que peut-il y avoir de plus grand ?
C’est la joie de Pâques, la joie de la transfiguration de l’univers.
Et nous recevons cette joie dans la communion de tous nos frères, vivants et morts, dans la communion des saints et la tendresse de la Mère.
Alors plus rien ne peut nous faire peur.
Nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous, nous sommes des dieux.

Désormais, tout a un sens.
Toi, et toi encore, tu as un sens.
Tu ne mourras pas. Ceux que tu aimes, même si tu les crois morts, ne mourront pas. Ce qui est vivant et beau, jusqu’au dernier brin d’herbe, jusqu’à cet instant fugitif où tu as senti tes veines pleines d’existence, tout sera vivant, à jamais.
Même la souffrance, même la mort ont un sens, elles deviennent les chemins de la vie.

Tout est déjà vivant.
Parce que le Christ est ressuscité.
II existe ici-bas un lieu où il n’y a plus de séparation, où il y a seulement le grand amour, la grande joie. Et ce lieu c’est
le Saint Calice, le Saint-Graal au cœur de l’Eglise.
Et par là, dans ton cœur.
Voilà ce que nous devrions pouvoir dire.
Voilà ce que devrait être le culte.

Patriarche Athénagoras

===================================================

La messe est un mystère de silence.

La messe est un mystère de silence. Le silence dans notre vie est nécessaire pour que nous commencions à pénétrer dans son mystère.

Ce silence auquel nous convie la messe est une Personne, une Présence, il est la respiration la plus profonde de l’être et la source de toutes les musiques, c’est ce silence qui devrait être l’itinéraire de l’homme qui participe à l’Eucharistie, ce silence qui est seul capable d’atteindre en nous jusqu’à la racine être et qui, en nous désappropriant de nous-mêmes, laisse le Christ transparaître en nous.

La messe est un événement extraordinaire dans la mesure justement où nous accomplissons ce pèlerinage du silence, de ce silence, de soi-même qui laisse Dieu respirer en nous en lui offrant cet espace de lumière et d’amour où sa vie peut se répandre.

Un autre regard sur L’Eucharistie.
Maurice Zundel.

==================================================


Brèves

25 janvier 2007 - Quelques mots de Pierre

Aujourd’hui j’ai une prière d’une telle facilité... . Il pleut Dieu.
La Viale, c’est merveilleux, (...)

22 septembre 2005 - Journée mondiale de la jeunesse à Cologne

2. "As-tu vu l’Etoile ?" Atelier théâtre préparé pour les JMJ . Création collective, c’est-à-dire (...)